Critères

Les critères maison passive

Les critères rendant une maison passive certifiable selon le Passivhaus Institute (PHI), organisme qui a conçu et développé le concept de la maison passive dans le monde depuis plus de 25 ans, sont :

  • Besoin de chaleur : ≤ 15 Kwh/(m².an) ou puissance de chauffe < 10W/m²
  • Besoin en énergie primaire totale (électroménager inclus) ≤ 120Kwh/(m².an)
  • Étanchéité à l’air : n50 ≤ 0.6 h-1
  • Surchauffe : <10% d’heures annuelles (>25°C)

Pour arriver à ces résultats, une conception depuis le premier coup de crayon est nécessaire.

Il faut savoir que les maisons passives sont conçues selon une température de consigne de 20°C et non pas 19°C comme la RT2012.

Vous voulez en savoir plus ? Consultez le site de la maison passive France.

Les 5 piliers de la conception passive

Afin de tenir ces objectifs la maison passive s’appuie sur 5 piliers de conception :

  • Isolation renforcée
  • Étanchéité à l’air
  • Ventilation
  • Menuiseries passives
  • Conception sans ponts thermiques

La conception passive est cependant globale, il ne suffit pas de cumuler les solutions, même efficaces, pour arriver au résultat escompté. Il faut déterminer par les calculs thermiques lesquelles sont strictement nécessaires et compenser les défauts des unes par la qualité des autres.

Isolation

L’isolation d’une maison passive doit être conçue et mise en oeuvre d’un seul tenant et sans discontinuité, on élimine donc quasi systématiquement l’isolation par l’intérieur.

Le mode constructif est complètement libre : brique, ossature bois, isolation paille, monomur etc…il n’y a pas d’interdit tant que l’on reste dans les valeurs adéquates au projet.

Concernant le confort il faut au minimum un U = 0.15 (W/m²K) soit un R = 6.67 (m².K.W-1) aussi bien en dalle, mur et toiture.

Cette valeur dépend de chaque projet, elle est étudiée au cas par cas selon plusieurs critères.

Étanchéité à l'air

Comme pour l’isolation, l’étanchéité à l’air doit être pensée dès la conception du bâtiment car difficilement modifiable par la suite.

Elle peut être mise en oeuvre de différentes façons selon le mode constructif : enduits, membrane d’étanchéité à l’air, OSB etc…

Les points névralgiques à traiter :

  • Les traversées de parois (Electricité, arrivée/évacuation eau, passage VMC, etc…)
  • La bonne mise en oeuvre des menuiseries
  • Les liaisons de dalle/mur, mur/toiture, pignon/toiture

Elle est idéalement située à l’intérieur du volume chauffé, mais peut être traitée à l’extérieur dans le cadre de la rénovation.

Lors du blowerdoor test une recherche de fuite est effectuée afin de corriger et supprimer le maximum de fuite pour rester sous les 0.6h-1 sous 50 pascals (n50).

Ventilation

Le véritable cœur de l’habitat passif : la ventilation.

Souvent délaissée en construction RT2012, la ventilation est un système crucial dans la conception passive.

Tout d’abord, exit les simples flux, on utilise uniquement une unité de ventilation mécanique contrôlée double-flux à récupération de chaleur.

Elle agit sur plusieurs aspects :

  • Récupération passive de chaleur avec un rendement minimum de 75%
  • Assainissement de l’air : l’extraction de l’air diminue l’humidité en hiver et évite les risques de moisissures. Attention ici au phénomène inverse d’air trop sec, un dimensionnement adéquat est impératif. Les polluants intérieurs sont également extrait : CO2, COV…
  • Filtration de l’air : l’air neuf est filtré, il existe différents niveaux de filtration qui agissent sur le pollen, les polluants etc…pour les personnes sensibles c’est l’idéal (asthmes par exemple)
  • Température homogène de l’enveloppe chauffé

Elle peut aussi servir de vecteur de chauffage sur l’air couplé à une mini pompe à chaleur ou une batterie de chauffe électrique.

Certaines VMC font aussi office de refroidissement actif et préparateur d’ECS.

Menuiseries passives

Dans une maison passive il n’y a généralement pas de radiateur, ils sont simplement remplacés par des châssis et vitrages ultra performants.

Mais même avec le produit le plus performant, la pose a une importance particulière : étanchéité à l’air et à l’eau, retour d’isolant sur le châssis pour limiter le pont thermique de mise en oeuvre.

Pour les finitions, il existe de tout : PVC, aluminium , bois, bois/aluminium.

Ici aussi la conception a une importance capitale, c’est par les menuiseries que se font l’essentiel des apports solaires passifs d’une maison, que ce soit le choix du châssis, du type de vitrage en fonction de l’orientation, il n’y a qu’une étude sérieuse qui puisse répondre à vos besoins.

Ponts thermiques

Ou plutôt l’absence de ponts thermiques.

Les ponts thermiques sont des fuites de chaleur plus rapide vers l’extérieur de l’enveloppe isolante, généralement situés aux jonctions type dalle/mur mur/toiture et au niveau des menuiseries.

Quand un projet est pris en amont on peut les éviter en utilisant des solutions très simples et peu onéreuses.

Quand on n’a pas le choix d’avoir un pont thermique il faut mettre en oeuvre des solutions pour le diminuer au maximum, ce sont généralement des ponts thermiques ponctuels qui impactent faiblement le résultat global.

Un pont thermique périmétrique peut, à lui seul, remettre tout un projet passif en cause.

Tout est, encore une fois, le fait d’une conception intelligente.

Un professionnel certifié à votre écoute

Certificat conseiller maison passive CEPH

Contactez-nous

Vous avez des questions sur nos services ?

N’hésitez pas à nous contacter pour toutes informations !